Crise politique en Guinée : un autre manifestant tué ce mardi

ACTUALITES International

Un jeune manifestant a été tué mardi à Conakry par les tirs des forces de sécurité lors de heurts qui ont continué à agiter la capitale guinéenne au deuxième jour d’une mobilisation contre un possible troisième mandat du président Alpha Condé, a rapporté son père.

Jusqu’alors, les autorités se sont gardées de confirmer la quasi-totalité des décès de manifestants rapportés depuis lundi.

La mort d’Abdoulaye Timbo Sow, 25 ans, porte à six le nombre de décès rapportés par les proches et les médecins depuis le début de la protestation à Conakry et dans d’autres villes du pays.

Abdoulaye Timbo Sow, atteint mardi matin lors d’affrontements à Wanidara, a succombé à ses blessures à l’hôpital sans que sa mère ait eu le temps de le voir vivant une dernière fois, a indiqué son père Mamadou Aliou Sow à l’AFP.

Wanidara et plusieurs autres quartiers périphériques de Conakry sont secoués depuis lundi par les violences entre opposants à un troisième mandat d’Alpha Condé et policiers et gendarmes déployés massivement.

Une coalition de partis d’opposition, de syndicats et de membres de la société civile, a appelé les Guinéens à manifester à partir de lundi contre le projet prêté au président sortant de briguer sa propre succession à la fin de son deuxième mandat en octobre 2020.

L’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Les tensions en Guinée alarment l’ONU, inquiète d’un pays à la stabilité incertaine, coutumier des protestations et des répressions violentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 24 =