Face à ces accidents répétés, Pape Djibril Fall pointe du doigt le laisser-aller qui sévit au Sénégal. Le journaliste participe à l’émission Jakarlo bi de ce vendredi 20 septembre 2019.

ANNONCES

La négligence

« Le drame du bateau le Joola s’était produit en septembre 2002, on est en septembre 2019 et c’est comme si Dieu voulait nous rappeler notre négligence de tous les jours » s’est désolé pape Djibril Fall.  Par exemple ajoute-t-il « La brèche de Doune Baba Dièye 423 personnes y ont perdu la vie. A Ngokhou Mbathie, il n’y a que des veuves. Leurs sont tué dans les eaux mauritaniennes où les gardes côte tirent sans somation. »

La protection civile

Et maintenant pour lui « les acteurs qui doivent régler ce problème sont affaiblis sur le plan institutionnel. » Il est revenu sur les cas de la protection civile et du groupement des sapeurs-pompiers qui n’ont pas les moyens adéquats pour accomplir normalement leur missions.

Les fantasmes et les caprices d’un politicien

C’est ce qui fait dire au journaliste qu’ « il y a beaucoup de gens qui ont reçu des missions les mettre en mal avec la population sans pour autant leur attribuer les moyens de cette mission. » En plus de cela, pour lui « ils subissent les fantasmes et les caprices d’un politicien qui n’a qu’une seule légitimité c’est de faire partie de ceux qui sont battu avec le président de la République. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 13 =